Halloween
Coloriage Halloween Disney
Coloriage Citrouille
Coloriage Chauve Souris
Halloween Fantôme
Sorcière Halloween
Halloween Scooby doo
Monster High
Fall

Coloriage Batman à imprimer et dessin à colorier 64

BATMAN (Personnage • États-Unis Détective Comics, n° 27 mai 1939 Bill Finger (scénario) Bob Kane (dessin)) - Destiné à concurrencer Superman, lancé quelques mois plus tôt, Batman fait son entrée en mai 1939 dans Detective Comics. Ce justicier masqué, costumé en chauve-souris, est rejoint peu après par Robin, un jeune compagnon (apparu précisément en mai 1940, dans le n° 38 de Detective Comics). Durant leurs activités nocturnes, ils font tous deux régner l'ordre dans la mégalo-pole Gotham City, ne reprenant leur identité normale qu'au petit matin celle d'un jeune homme riche pour Bruce Wayne et celle de son pupille pour Dick Grayson. Au départ de l'histoire, Bruce Wayne assiste, une nuit, à l'assassinat de ses parents, perpétré par un rôdeur ; il jure alors de se consacrer à la lutte contre le crime — avec la bénédiction discrète du commissaire Gordon, un policier juste et intègre. Les innombrables crapules peuplant Gotham City apprennent à leurs dépens à reconnaître la silhouette d'une immense chauve-souris projetée sur les gratte-ciels de la ville et annonçant que Batman entre en chasse. Ses plus terribles ennemis sont en majorité des personnages de grande envergure à la psychologie bien marquée The Joker, Catwoman, Two-Face, The Penguin, The Riddler, Mr Freeze, Poison Ivy ou, plus récemment — il n'apparaît qu'en 1996 —, The Ogre. Leur puissance est grande, voire immense ; la lutte n'en est que plus rude. À la différence de ses homologues, Batman ne possède aucun pouvoir ou accessoire surnaturel. Il combat ses adversaires à l'aide de sa force, de son courage, de son intelligence et n'en acquiert que plus d'humanité. Notons cependant qu'il utilise des gadgets plus perfectionnés les uns que les autres, issus le plus souvent de son laboratoire souterrain (la Batcave) — parmi ceux-ci, rappelons la Batmobile (sa voiture), le Batplane et le Batgyro (deux engins volants). Dans sa quête de justice, il bénéficie parfois d'auxiliaires féminines comme Bat-Amazon, Batgirl, etc. Il fait aussi équipe avec différents héros comme Superman, Sgt Rock, Spider-Man", The Punisher et d'autres.

De nombreux dessinateurs collaborent à la série, parmi lesquels Bob Kane, son créateur graphique, Jerry Robinson (1939-1946), George Roussos (1940-1947), Jack Burnley (1941-1943), L. Harris (1941-1943), Mort Meskin (1943-1946), ou bien encore Charlie Paris, Jon Small, Winslow Mortimer, Curt Swan, Irwin Hasen", Jim Mooney, Bill Eider", Jack et Dick Sprang, Sal Trapani, Howard Sherman, Mike Sekowski, Nick Cardy, Sid Greene, Carmine Infantino, Murphy Anderson, Bill Brown, Joe Giella, Ross Andru, Bob Haney, Frank Robbins, Gene Golan, Jim Aparo, Irv Novick, etc. La liste des scénaristes est tout aussi impressionnante : après Bill Finger, on retrouve Gardner Fox (1940), Jack Schiff (1942), Alfred Bester (1942-1947), Mort Weisinger (1943-1945), John Broone (1947) puis D. Cameron, William Woolfolk, Otto Binder, Ed Hamilton, etc. En 1943, année de son premier grand succès, Batman vient prendre place dans la presse quotidienne sous la forme d'un daily strip, prolongé jusqu'en 1946. Distribuée par le McClure Syndicate, cette bande semble être l'œuvre de Charlie Paris, Jack Burnley et Jerry Robinson. Batman, sous la houlette de certains créateurs (dessinateurs et scénaristes), perd cependant de son impact ; le dynamisme et l'intérêt des récits connaissent un passage à vide, accentué encore par l'abus de comparses et l'influence d'une certaine science-fiction. [Arrivée de Frank Miller redonne pourtant un nouvel élan au personnage. En 1986, cet auteur anime notamment The Dark Knight Returns, mettant en scène un Batman plus âgé, en proie à l'introspection et au doute, troublé par sa propre personnalité. Publiée sous la forme de quatre fascicules, cette minisérie remporte un succès sans précédent et est proposée dans plus de vingt-cinq pays. En 1988, sur un texte de Miller, David Mazzuchelli illustre Batman / Year One, redéfinissant les origines du justicier. La même année, Brian Bolland dessine The Killing Joke, un épisode indépendant, rédigé par Alan Moore et présentant un Joker plus fou que jamais. Toujours en 1988, Berni Wrightson (sur un scénario de Jim Starlin) réalise The Cuit, une suite de quatre ouvrages où Batman se retrouve aux prises avec un redoutable prêcheur. Dix ans plus tard, associé alors au scénariste Ron Marz, Wrightson signe également la minisérie Aliens (traduite la même année, chez Semic). En 1988, une année charnière, donc, Batman connaît son premier véritable revers.

Afin de relancer la série, DC propose en effet à ses lecteurs de décider de la survie ou de la disparition' de Robin II (Jason Todd) rap_ pelons que le premier Robin (Dick Grayson) avait rompu en 1983 son association avec Batman, afin d'endosser le costume de Nightwing et de diriger les Teen Titans. Par soixante-douze voix d'écart, le malheureux adolescent meurt dans une terrible explosion (il convient ainsi de lire A Death in the Family, un long récit publié dans les numéros 426 à 429 de Batman, scénarisé par Jim Starlin et dessiné par Jim Aparo, puis réédité en un volume, en 2003, à la Semic, sous le titre Un deuil dans la famille). En décembre 1989 (n° 442), Tim Drake se mue en Robin III et devient le nouveau partenaire du justicier de la nuit. Le 6 novembre 1989, Batman est à nouveau proposé sous la forme d'un daily strip. Ce nouveau cycle, diffusé par le Creators Syndicate, se prolonge jusqu'au 3 août 1991 et est tour à tour dessiné par Marshall Rogers, John Nyberg et Carmine Infantino, Max Allan Collins et William Messner-Loebs assurant pour leur part l'écriture du scénario. En 1996 et 1999, Jeph Loeb (coscénariste de la série télévisée « SmallVille ») et Tim Sale élaborent deux passionnantes séries limitées de Batman : The Long Halloween et Dark Victory, repris en France à la Semic (en 1997-1998 et 2003-2004). Loeb redynamise également la saga principale, en s'associant, en 2002, avec Jim Lee. Le Japonais Kia AsamiYa, l'auteur de Dark Angel et de Silent Me5bius, apporte-lui aussi sa pierre à la légende, avec l'Enfant des rêves / Child of Dream, paru en France, chez Semic, en 2001, et l'année SUI-vante aux États-Unis, chez DC Comics.

En 2005, Miller (texte) et Lee (dessin) enchaînent All Star Batman and Robin, The Boy Wonder. En 2006, David Lapham scénarise Batman : City of Crime, illustré par Ramon Sachs et Nathan Massengill. De 2006 à 2008, Grant Morrison et Paul Dini assurent l'écriture de la série classique. En 2006, toujours, Paul Pope offre une vision futuriste du personnage dans Year One Hundred. Le 26 novembre 2008, sort le 681 et dernier fascicule Batman dans lequel meurt le beau héros. Le justicier de la nuit a-t-il dit son dernier mot ? Ce serait méconnaître les astuces de PC Comics qui n'est pas près de mettre un terme aux mésaventures de son Chevalier noir. Le cinéma et la télévision ne pouvaient qu'être intéressés par ce personnage hors du commun. Batman fait sa première apparition sur un écran en 1940... celle-ci sera suivie de bien d'autres. Vedette de plusieurs longs-métrages, il devient en outre le personnage central de dessins animés et de feuilletons télévisés. En 1966, la rediffusion de l'un d'entre eux incite d'ailleurs Al Plastino et Bob Kane à ressusciter le daily strip, distribué par le Ledger Syndicate. Au chapitre cinématographique, ses dernières prestations en date méritent d'être soulignées.

En 1989, Tim Burton réalise pour la Warner Bros un Batman interprété notamment par Michael Keaton et Jack Nicholson (inoubliable Joker). Cette superproduction bénéficie d'un budget colossal, bat des records d'entrées à travers le monde et déclenche une véritable « Batmania » à l'échelle planétaire -la série s'en retrouve, bien entendu, relancée et les cessions de droits sur le merchandising en découlant peuvent être estimées aux alentours de 650 millions de dollars (sources DC Comics). En 1991, Michael Keaton combat à nouveau les criminels dans Batman Returns, aux côtés de Michelle Pfeiffer (Catwoman) et Danny De Vito (The Penguin). Quatre ans plus tard, Batman Forever, de Joel Schumacher, sort sur les écrans. Le justicier y est interprété par Val Kilmer, Chris O'Donnel jouant quant à lui le rôle du fidèle Robin. Au chapitre des « vilains », retenons les prestations réussies de Tommy Lee Jones (Two-Face) et de Jim Carrey (The Riddler). En 1997, Schumacher persiste et signe son Batman & Robin, avec George Clooney et Eric Lloyd. En 2005 et 2008, Christopher Nolan enchaîne Batman Begins, puis The Dark Knight, interprétés par Christian Bale. Un troisième volet est programmé pour 2011. Parallèlement à ces versions cinématographiques, la Warner Bros propose Batman The Animated Series, une succession de courts-métrages intégrant de toutes nouvelles techniques d'animation. Après plus de deux années d'élaboration, cette série - réalisée par Bruce Timm, Eric Radomski et Alan Burnett - fait >on apparition aux États-Unis, en septembre 1992, sur le canal Fox. Batman Beyond, une série télévisée d'animation en 52 épisodes de 25 minutes, est, quant à elle, diffusée du 10 janvier 1999 au 18 décembre 2001 sur le réseau W.B. En France, on la retrouve à partir du 8 mai 1999 sur Canal+ (rediffusion sur France 3). Outre Detective Comics, Batman est publié dans un grand nombre de fascicules, dont son propre support, lancé par DC Comics à partir de 1940. En France, le personnage apparaît dans les Grandes Aventures (sous le nom de Justicier ; 1940), dans Tarzan (rebaptisé la Chauve-Souris ; de 1946 à 1948) et dans l'Astucieux (dans les Ailes rouges ; de 1947 à 1948). À partir de 1971, Sagédition en reprend de nombreux épisodes dans plusieurs revues homonymes. La série est également éditée sous forme d'albums par National Periodical Publication (1966), Futuropolis (en 1982), Aedena (en 1987), Comics USA (de 1988 à 1993), Zenda (en 1989), Albin Michel et Canal + (en 1993), U.S.A. (en 1996 et 2002), Soleil (de 1995 à 2001), Semic France (de 1997 à 2005), Reporter (1999), Delcourt (2000), Rackham (2004) et Panini (à partir de 2005). De juillet 1994 à août 1997, Semic propose par ailleurs le mensuel Batman Magazine, traduction d'un comic book américain apparu deux ans plus tôt chez DC Comics, puis, après divers hors-séries, Batman, un bimestriel publié de février 2003 à février 2005. De juin 2005 à avril 2007, Panini propose le mensuel Batman, complété par un hors-série irrégulier lancé en septembre 2005. En avril 2006, apparaît Batman Mag. L'éditeur propose en parallèle Batman & Superman, puis Superman & Batman (de septembre 2005 à mai 2007, pour le premier ; à partir de juin 2007, pour le deuxième). (Source : Dictionnaire mondial de la BD par Patrick Gaumer - LaRousse 2018)